Tag Archives:Cartographie
CARTOPHYL

Philippe Rekacewicz et la thématique des frontières

Fortified Immigration Zones of the WorldPour faire écho aux récents drames de l’île de Lampedusa, je vous invite à découvrir ce recueil des cartes de Philippe Rekacewicz  sur le sujet.
Cette mise en perspective au niveau mondial et dans le temps de ces zones fortifiées (qui ne sont pas forcément des murs d’ailleurs) érigées autour de nos pays riches et occidentalisés montre à quel point nous nous isolons petit à petit contre la misère extérieure et comment, de fait, des milliers de migrants viennent mourir chaque année à nos portes.

Des cartes pour nos robots.

Maquette 3D Imagina - Rue de Monaco - Vue virtuelle d’une rue de la PrincipautéJe me suis longtemps demandé quelle pouvait être la finalité de ces modélisations cartographiques en 3D de plus en plus précises des grandes villes de ce monde (Par exemple, Monaco, Genève ou encore Dubaï).
Le niveau de détail prévu par la norme City GML imagine même un niveau de détail prenant en compte l’architecture d’intérieur (Level Of Details -LOD4), le mobilier urbain, voire même la végétation avec sa dynamique de croissance et ses aspects saisonniers. Les applications en architecture ou en aménagement urbain sont évidentes, mais au delà…
Ces modèles de plus en plus précis géométriquement et géographiquement (erreurs de positionnement GPS absolue des arrêtes et sommets de l’ordre de 5 à 10cm requis sur certains cahiers des charges) coûtent une fortune et l’on peut se demander quelle est l’utilité d’une telle précision.
Parallèlement, on voit de plus en plus de sites internet proposant de suivre en temps réel le déplacement des avions de ligne ou des bateaux hauturiers  et on entends de plus en plus parler de la fameuse Google Car  voiture guidée à la fois par GPS et par des capteurs embarqués permettant une analyse en temps réel de l’environnement direct du véhicule (obstacles, autres véhicules).
En bref, les technologies de suivi en temps réel de la position des véhicules sont aujourd’hui une réalité, et l’enjeu d’une modélisation virtuelle précise et en 3D de l’environnement est une des clés principale du développement des futurs robots qui peupleront (et peuplent déjà) notre quotidien : drones, robots nettoyeurs, véhicules autoguidés, guides pour mal voyants, etc.
Au final, nous sommes en train de développer une cartographie qui est tellement précise qu’elle sera bientôt plus utile à nos robots qu’à nous même !

Puka Puka, un atoll emblématique de l’histoire de la Terre et des Hommes.

Atoll de Puka PukaSaviez-vous que l’atoll de Puka Puka (archipel des Tuamotu en Polynésie française) fut la première terre rencontrée dans sa longue traversée de l’Océan Pacifique Sud lors du premier tour du monde de l’histoire de l’humanité effectué par Ferdinand de Magellan? Terre peu hospitalière et excentrée par rapport à l’archipel, ce petit bout de corail offre une des ultimes étapes d’évolution de l’atoll, avec un isolement complet du lagon central par rapport à la haute mer.

Cet article est aussi sur mon compte Facebook

Rapa Iti ou l’impossibilité d’une île : d’un point de vue cartographique, bien sûr !

Rapa iti ou l’impossibilité d’une île (à cartographier, il va sans dire).
Cette île est en effet restée une des dernière terres habitées et sous administration française à ne pas avoir été cartographiée au 21ème siècle !
Il existait bien une carte marine du SHOM, héritage du protectorat militaire de l’île, mais aucune topographie classique n’avait pu être réalisée (restitution précise du relief, des bâtiments, des routes, etc. par dessin à partir de photos aériennes stéréoscopiques).
La prise de vue aérienne d’une île tropicale haute est un challenge immense quand on sait que la photo doit être réalisée entre 10h et 14h pour limiter les ombres au sol et qu’à ces heures-ci les nuages sont systématiquement accrochés aux reliefs.
L’île, distante de plus de 500 km du premier aérodrome (Raivavae) rendait quasiment impossible toute campagne de prise de vue aérienne et aucun avionneur n’aurait accepté de faire des centaines d’aller-retours dans l’espoir de tomber sur le rare jour où les reliefs seraient dégagés.
C’est grâce à l’utilisation d’un des premiers satellites couleur stéréoscopique à très haute résolution (Ikonos <1m) que nous avons pu contourner cette barrière technique et réaliser la première carte topographique de Rapa Iti au 1/5 000 en 2009 !
J’ai eu la chance de piloter le dernier chantier de cartographie systématique de toutes les îles (env. 117) de la Polynésie française et de participer à cette petite révolution technologique. Je vous invite à feuilleter le magazine de l’IGN qui présente une magnifique orthoimage Ikonos de cette île fascinante (page 11 de IGN Magazine n°49).